Xiaomi SU7: La voiture chinoise qui pourrait défier Tesla

La Xiaomi SU7 dans son usine en Chine.

Avec son démarrage fulgurant de 100 000 réservations en seulement deux jours et des opérations d’usine très organisées, la Xiaomi SU7 ne manque pas de faire tourner les têtes dans le secteur automobile mondial. La question qui se pose est la suivante : est-ce que cette nouvelle voiture électrique made in China pourrait surpasser toutes les autres concurrentes sur le marché ?

La découverte de la Xiaomi SU7, installée dans son usine chinoise.
Présentation de la Xiaomi SU7, une voiture électrique berline de 4,99 mètres.
La vue de l'intérieur de la Xiaomi SU7.

« Est-ce que cette dernière nouveauté en voitures électriques chinoises pourrait dépasser Tesla ? »
, voici le genre de question que se posent instantanément les critiques automobiles chaque fois qu’un nouveau modèle est dévoilé. Admettons-le, ces prétentions sont souvent surévaluées et dans certains cas, l’entreprise concernée se retrouve au bord de la faillite quelques mois ou années après. Cependant, dans le cas de la
Xiaomi SU7
, on ne peut s’empêcher de se demander si la société, jusqu’à présent spécialisée dans l’électronique haut de gamme, aurait découvert la recette magique pour rivaliser avec les modèles dominants du marché automobile mondial, avec Tesla en première ligne.
Certes, cette berline électrique n’apporte rien de révolutionnaire en soi. Elle présente un look doux mais plutôt conventionnel, est équipée de batteries volumineuses mais technologiquement ordinaires et revendique une bonne autonomie maximale sans pour autant établir de nouveaux records. Toutefois, Xiaomi semble être plus audacieux en matière de tarification, proposant un prix de lancement presque 4 000€ moins cher que celui de la Tesla Model 3 Propulsion en Chine, malgré une plus grande dimension et des caractéristiques au moins équivalentes.
C’est sans doute en partie pour cette raison que la voiture a connu un départ commercial tonitruant en Chine, avec près de 100 000 commandes passées dès les 48 premières heures de mise en vente !
À noter que Xiaomi a misé gros sur la production de sa première voiture. Malgré les avertissements du PDG de la compagnie affirmant qu’elle
ne serait pas rentable avec ce modèle
en raison des investissements consentis et du coût de vente trop bas, la « gigafactory » (un terme emprunté à Tesla) située à Pékin et construite avec l’aide de BAIC vise à sortir une nouvelle SU7 toutes les 76 secondes. Un rythme sensiblement plus rapide que celui de la plupart des constructeurs automobiles, même si la gigafactory de Tesla à Shanghai prétendait produire une voiture toutes les 40 secondes à l’été 2023. Il convient de rappeler que Tesla a dû attendre près d’une décennie pour atteindre une telle cadence de production.
Xiaomi espère vendre 100 000 SU7 lors de la première année de commercialisation, avant de passer à 900 000 exemplaires annuels si tout va comme prévu. Considérant que le record des ventes du Tesla Model Y était de 1,23 million d’exemplaires vendus en 2023, la berline chinoise se hisserait presque au niveau des ventes mondial. Si l’on envisage que Xiaomi prévoit également un SUV, dont le potentiel commercial est de loin supérieur à celui d’une berline, l’idée d’une expansion fulgurantes de Xiaomi ne semble pas être un scénario improbable.
Restons réalistes : avant l’arrivée de cette Xiaomi SU7, la
BYD Seal
semblait aussi être bien placée pour « battre Tesla ». Néanmoins, en raison d’une qualité moyenne et surtout d’une tarification moins séduisante en dehors de la Chine, il est peu probable qu’elle puisse menacer les modèles de référence sur les marchés européens et américains pour le moment. De même, il est probable que le prix de la Xiaomi SU7 grimpe considérablement à l’export. Avant d’en arriver là, il faudra d’abord vérifier si Xiaomi parvient à maintenir la cadence de production qu’elle prévoit.

Aidez-nous à faire avancer votre média
Des questions ou des suggestions...
Retour en haut