« Pass ZFE » lancé à Rouen : mise en place effective

Grâce à une qualité de l

Dans le but d’améliorer la qualité de l’air, la métropole de Rouen assouplit sa Zone à Faibles Émissions (ZFE) en proposant un « Pass ZFE » disponible 24 jours par an, peu importe le type de véhicule.

Cette décision a été officialisée lors du dernier conseil métropolitain : un Pass ZFE sera mis en place pour les véhicules soumis aux restrictions de circulation au sein de la
Zone à Faibles Émissions
rouennaise.
A compter du 1
er
juillet 2024, un pass valable 24 heures pourra être utilisé 24 fois au maximum par an. Ce pass est gratuit et accessible à tous, permettant de circuler et de stationner dans la ZFE, quelle que soit la classification de qualité de l’air (vignette Crit’Air) du véhicule concerné.
Ce Pass doit être obtenu au plus tard la veille de l’utilisation via un
site dédié
en fournissant le certificat d’immatriculation du véhicule. Le Pass doit ensuite être enregistré et présenté aux forces de l’ordre en cas de contrôle. Si le véhicule est garé sur la voie publique, le pass doit être visible et bien lisible.
Des villes comme Strasbourg et Toulouse ont déjà mis en place ce genre de pass. Pour la commune de Toulouse, il est utilisable jusqu’à 52 jours par an. Il est aussi à noter que
les campings-cars et vans bénéficient d’une dérogation
pour circuler dans toutes les ZFE.
La métropole rouennaise a instauré sa ZFE pour la première fois le 1
er
juillet 2021 et a connu deux modifications en janvier et septembre 2022. 13 communes sont désormais concernées, ce qui représente 51 % de la population métropolitaine. Les restrictions sont permanentes, c’est-à-dire 24 heures sur 24, sept jours sur sept. Les véhicules Crit’Air 4 et 5 sont donc interdits, mais certains véhicules comme les grues, les citernes ou encore les commerces ambulants sont exemptés jusqu’au 30 juin 2024.
En 2018, la ville de Rouen affichait un taux de NOx de 53 microgrammes/m3, qui a ensuite diminué à 37 microgrammes en 2020 pour atteindre 34 microgrammes en 2023. En cinq ans, la pollution de l’air a donc baissé de 30 %. Il est possible que cette tendance positive entraine le retrait de l’interdiction de circulation des véhicules Crit’Air 3 en 2025. Ces derniers représentent actuellement 20 % du parc roulant.
Pour accompagner les habitants, la métropole a initié plusieurs dispositifs. A plus long terme, un réseau express vélo de 200 km est envisagé avec l’aménagement de parkings sécurisés. Le réseau de transport en commun a été augmenté de 10 % avec des jours de gratuité le samedi et pouvant durer jusqu’à deux ans en cas de mise hors service d’un vieux véhicule. Pour favoriser le covoiturage, dix parkings-relais sont mis à disposition dont trois dans la ZFE, totalisant 2 000 places. A l’horizon 2035, 3 000 places supplémentaires seront ajoutées.
En outre, une enveloppe de 40 millions d’euros a été débloquée avec des aides pouvant aller jusqu’à 4 000 euros. Selon la métropole, cela a permis le remplacement de 10 000 véhicules, avec un objectif de 20 000 voitures avant 2025. Au total, 7,6 millions d’euros d’aide ont été attribués pour une moyenne de 3 220 euros.
La ville s’attache également à renouveler son parc de bus. Sur les 300 bus de la métropole, 80 seront convertis à l’électrique et 14 fonctionneront à l’hydrogène.

Picture of Gilfoyle

Gilfoyle

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aidez-nous à faire avancer votre média
Des questions ou des suggestions...
Retour en haut