Opel Commodore A (1967-1972): Un 6-cylindres révolutionnaire à partir de 8 000 €

Dotée d

Une voiture à propulsion de l’époque des années 60, animée par un 6-cylindres en ligne robuste, peut exiger une somme considérable, surtout s’il s’agit d’un modèle Alfa Romeo ou BMW. Toutefois, si le nom Opel y est associé, le prix est beaucoup plus abordable. Et le plus impressionnant ? La performance de la voiture n’en pâtit pas nécessairement. Prenez par exemple, la **Commodore A**, une voiture qui mérite d’être redécouverte.

Ce qui caractérise particulièrement les véhicules de collection, ce sont leurs caractéristiques uniques et notables qui en valent la conservation. Ils ne sont pas nécessairement vieux, mais leur quantité est fixe, soit parce que le constructeur en a décidé ainsi, soit parce que leur production est maintenant arrêtée. De plus, ils ont des spécificités qui les rendent attrayants : un moteur spécifique, un châssis, un design ou un concept. Enfin, leur cote peut augmenter avec le temps, ce qui les rend encore plus appréciables aux yeux des collectionneurs.

On pourrait se demander pourquoi l’**Opel Commodore A** est un modèle de collection. Même si cette voiture est gourmande et accompagnée d’un coût d’entretien élevé, elle est encore sous-estimée. En réalité, son efficacité dynamique pourrait très bien rivaliser avec d’autres modèles plus prestigieux comme Alfa Romeo, BMW ou Citroën. En plus d’être robuste, elle dispose d’un moteur 6-cylindres mélodieux qui offre une expérience de conduite agréable, une caractéristique facturée à un prix très élevé chez les autres concurrents. Et n’oublions pas son charme nostalgique qui évoque les séries allemandes des années 70.

La **Rekord** était le modèle phare d’**Opel** dans les années 50 et 60. Robuste et spacieuse, cette voiture a même été mise en avant dans le film Le Casse, conduite par Omar Sharif, qui poursuivait la Fiat 124 de Belmondo. La Rekord présentait une variante à 6-cylindres en plus de son modèle classique à 4-cylindres. En 1967, le troisième modèle de la Rekord perdit le moteur plus puissant qui fut transféré à la variante de luxe de la berline Opel, désormais un modèle à part appelé Commodore.

Voir plus :   Essai Vidéo 2024 Audi A3 Allstreet: Baroudeuse Urbaine Par Excellence

Le prix de la Commodore demeure très raisonnable, avec un tarif de lancement de 14 590 francs en 1967 (l’équivalent de 21 400 euros actuels). La Commodore est disponible en coupé fastback 2 portes ainsi qu’en berlines 2 et 4 portes. Elle est presque immédiatement proposée en version sportive, la GS, qui peut atteindre une vitesse de 185 km/h grâce à ses deux carburateurs.

En terme de coût, une Commodore 2,5 l S en très bon état coûte environ 8000 euros, alors qu’il faut compter 11 000 euros pour une GS. La GS/E, plus rare, ne se trouve pas sous les 20 000 euros. Les coupés fastback sont privilégiés, donc plus chers (environ 2000 euros) que les berlines.

Du point de vue mécanique, la Commodore est très robuste. Mais la corrosion peut lui faire de gros dégâts : ailes, baie de pare-brise, bas de caisse, passages de roue et attaches de suspension arrière sont très sensibles.

Sur la route, la Commodore surprend par l’espace dont elle dispose à l’intérieur, ainsi que la luminosité de l’habitacle. La conduite est plutôt précise, ce qui est plutôt surprenant. Autre bonne surprise, la suspension absorbe bien les inégalités de la route. Le seul bémol est la consommation qui est assez élevée : environ 12 l/100 km.

Concernant les alternatives « youngtimer », l’Opel Omega à 6-cylindres (1986-1994) est une option à envisager.

Picture of Gilfoyle

Gilfoyle

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aidez-nous à faire avancer votre média
Des questions ou des suggestions...
Retour en haut