Financement pour la voiture de ses rêves

Certains véhicules, comme les Ford GT, ont une cote en occasion ayant tendance à monter en flèche !

Pour beaucoup d’amateurs de belles voitures, la question du financement se pose lorsqu’il s’agit de réaliser un rêve : celui de s’offrir un modèle qui, habituellement, n’aurait pas concordé avec son niveau de revenus. Il existe pourtant des solutions adaptées, mais qui demandent une certaine réflexion avant leur mise en œuvre.

Les calculs préalables

Il n’y a pas que votre capacité de financement et de remboursement d’éventuelles mensualités (dans le cas d’un prêt ou d’un contrat de location longue durée) qui est importante dans un projet d’acquisition automobile. Trois autres points essentiels sont à vérifier avant d’acquérir le véhicule de vos rêves :

  • Le montant de l’assurance : sur certains types de véhicules luxueux ou haut de gamme, les montants peuvent littéralement s’envoler, ce qui peut impacter votre budget mensuel et votre reste à vivre. Privilégiez les modèles dont les assurances restent modérées, au risque de devoir opter pour une couverture inadaptée (tiers ou tiers plus) même s’il existe des formules au kilomètre, qui pourront éventuellement permettre de réduire la note finale. Certains assureurs refusent purement et simplement d’assurer certains modèles, ou exigent l’installation de balises GPS et d’alarmes pour leur prise en charge.
  • Le coût d’usage : qui dit voiture haut de gamme, dit grosse motorisation, et donc grosse consommation de carburant ! Certains modèles à grosse cylindrée (moteurs V8, V10 ou V12) peuvent dépasser les 12 litres/100 km en conduite douce, quand d’autres modèles à vocation sportive, à l’image d’une Audi RS6 ou d’une Porsche de milieu de gamme, peuvent voir leur consommation s’envoler au-delà des 20 litres/100 kilomètres en conduite sportive ! Dans tous les cas, évitez les modèles gourmands si vous n’avez pas le fond de roulement nécessaire pour les utiliser.
  • Le coût de l’entretien : il ne fait peu de doutes que vous rouliez avec votre futur bolide, aussi l’entretien sera à prendre également en considération. Les modèles sportifs, largement dotés en pneumatiques, utilisent parfois des références peu courantes, et donc très onéreuses. Les frais d’entretien courants (vidange, freins, etc.) peuvent également s’envoler chez certaines marques et constructeurs, selon la motorisation. C’est un poste de dépense souvent ignoré, et qui peut mener, à terme, à la revente pure et simple du véhicule si on n’a pas les moyens financiers d’en assurer l’entretien.

Ces dépenses courantes sont à ajouter à votre financement, et impactent directement les revenus de votre foyer : il convient donc de les intégrer dans les calculs de votre projet d’acquisition auto.

Les différents types de financement

Il existe 5 différents types de financement potentiellement adaptés à l’acquisition d’un véhicule. Dans tous les cas, vous devrez bien entendu prêter attention à votre capacité de financement, qui régira le montant total maximal des mensualités à rembourser.

  • Le crédit auto : le crédit auto est un prêt affecté à l’achat d’un véhicule. Il est généralement proposé par les constructeurs ou les concessionnaires automobiles, et il permet de financer l’achat d’une voiture neuve ou d’occasion. Envisager d’acheter la voiture de vos rêves avec un crédit auto est souvent intéressant, car les taux généralement constatés sont parmi les plus intéressants de toutes les formules de financement par mensualités.
  • Le crédit personnel : le crédit personnel est un prêt non affecté, c’est-à-dire qu’il peut être utilisé pour financer tout type d’achat, y compris une voiture. Il est généralement proposé par les banques ou les organismes financiers, mais les taux sont souvent moins intéressants.
  • Le crédit renouvelable : le crédit renouvelable est une ligne de crédit qui vous permet d’emprunter de l’argent à tout moment, en fonction de vos besoins. Cela peut être utile si vous souhaitez acheter une voiture, mais que vous n’avez pas suffisamment d’argent en une seule fois. Vous pouvez utiliser le crédit renouvelable pour financer l’achat d’un véhicule, mais là encore, les taux d’intérêts sont singulièrement plus élevés que ceux pratiqués sur les crédits auto ou les prêts à la consommation.
  • L’épargne : si vous avez suffisamment d’épargne, vous pouvez utiliser cet argent pour acheter la voiture de vos rêves en cash. Cela vous permettra d’éviter les frais et les intérêts liés à un crédit, mais cela implique que vous devrez attendre d’avoir suffisamment épargné pour pouvoir acheter votre voiture.
  • Le leasing (également appelé crédit-bail ou LOA, pour Location avec option d’achat) : solution très en vogue actuellement, le leasing consiste en une formule de location hybride, où la fin du bail locatif donne la possibilité à l’acheteur d’acquérir sa voiture, par apport d’un complément financier.
Voir plus :   IA et scanner automobile : Révolution des métiers de l'auto

Il faut noter que certains types de financement mentionnés ci-dessus peuvent être cumulés. Par exemple, vous pouvez utiliser un crédit auto pour financer une partie de l’achat de votre future automobile, et utiliser votre épargne pour payer le reste.

Les véhicules haut de gamme et leur particularités

Ce qui différencie la plupart des véhicules haut de gamme des autres catégories d’automobiles, tient à deux paramètres essentiels :

  • Leur valeur à l’achat
  • Leur valeur résiduelle les premières années, plus élevée que la moyenne (certains véhicules prennent même de la valeur en vieillissant)

La solution de l’occasion est évidemment à envisager, mais doit intégrer d’autres points dans la réflexion préalable à mener quand on veut absolument acquérir ce genre de voiture. En effet, qui dit véhicule cher dit la plupart du temps entretien coûteux : le poste de dépense à prévoir à ce sujet n’est en rien négligeable !

Le financement : un casse-tête où il ne faut oublier aucun paramètre !

Il existe deux solutions pour envisager l’acquisition de véhicules haut de gamme, toutes deux liées à un mode d’acquisition bien particulier : le leasing (location avec option d’achat).

Le cas des véhicules à forte décote

Le premier cas à envisager est risqué, puisqu’il s’agit d’acquérir une automobile de grande marque (voire un modèle de prestige) dont la particularité est sa très forte décote. On trouve parmi ces modèles réputés pour leur forte décote certaines Mercedes classe S ou encore les BMW série 7, mais également certains modèles prestigieux chez Maserati ou Audi.

Au terme d’un contrat en LOA sur 3 ans, comptez sur une décote minimale de 35% sur ces modèles (elle peut dépasser les 50% !) : l’aubaine est grande pour racheter le véhicule à un tarif défiant (presque) toute concurrence, sachant que la décote réelle aura été généralement supérieure aux mensualités.

Certains véhicules, comme les Ford GT, ont une cote en occasion ayant tendance à monter en flèche !Certains véhicules, comme les Ford GT, ont une cote en occasion ayant tendance à monter en flèche !

La contrepartie est que le véhicule, en cas de revente, ne permettra pas de récupérer une forte somme, du fait de la décote. Il ne faut donc envisager cette solution que si vous prévoyez de conserver le véhicule sur une longue période.

Pour les entrepreneurs : l’astuce du financement haut de gamme

Le financement haut de gamme est une alternative peu connue, mais très efficace néanmoins réservée aux dirigeants d’entreprise qui souhaitent acheter une voiture de luxe tout en minimisant leurs dépenses. Cette solution implique une réintégration fiscale afin de réduire drastiquement le coût total de possession du véhicule acheté, mais comporte certaines conditions à respecter pour être applicable.

Ainsi, le véhicule à acheter doit être un véhicule de tourisme (les véhicules utilitaires sont donc exclus – ce qui dans le cas d’une voiture de luxe n’arrive de toute évidence jamais !) dont le prix d’achat après la période locative dépasse 18 300 euros, et il doit être utilisé pendant au moins trois ans dans le cadre de l’activité professionnelle. De plus, elle ne s’applique qu’aux entreprises relevant des BIC (Bénéfices Industriels et Commerciaux) ou BNC (Bénéfices non Commerciaux) qui ont la possibilité de passer les coûts de location et d’achat en charges.

Le principe du financement haut de gamme est de louer avec option d’achat – en leasing ou LOA – un véhicule (ici haut de gamme), et de lever la valeur de rachat à la moitié du contrat initial de location par anticipation. En payant cette valeur, le propriétaire du véhicule voit sa réintégration fiscale diminuer ou même s’annuler, ce qui lui permet d’obtenir un coût de revient considérablement réduit.

Les deux solutions à privilégier

De manière générale, deux solutions de financement se détachent des autres pour l’acquisition de véhicules haut de gamme (sauf à avoir la capacité de payer « cash » – le cas de peu de personnes)

Le crédit auto demeure la solution la plus courante et souvent la plus intéressante d’un point de vue purement financier, car les taux pratiqués pour les crédits spécifiquement automobile sont souvent très bas, et bien plus avantageux que les autres solutions.

Si vous ne désirez pas vous engager, la LOA (ou leasing) est une solution intermédiaire, qui permet de préserver ses finances et son reste à vivre, tout en ayant la possibilité, au terme du contrat de location, d’acquérir le véhicule : un moyen simple et finalement intéressant pour ceux qui n’ont pas la certitude de pouvoir s’engager ou de s’acquitter de mensualités élevées.

Picture of Gilfoyle

Gilfoyle

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aidez-nous à faire avancer votre média
Des questions ou des suggestions...
Retour en haut