Essai Audi A3 Sportback Restylée 2024: Confirmation de son Existence

Audi A3 Sportback restylée (2024) - Coucou, j

À l’instar de la version allstreet redessinée et présentée en simultané, l’A3 Sportback se distingue grâce à un nouveau design de l’avant, des éclairages uniques et personnalisables, une mise à jour des équipements et des matériaux haut de gamme. Deux questions sont évidentes : sera-t-elle en mesure de surpasser sa concurrence allemande ? Le TDI garde-t-il toujours son avantage sous son capot ? Pour apporter des réponses à ces questions, nous avons testé les versions diesel et hybrides essence qui affichent une puissance de 150 ch…

Audi A3 Sportback restylée (2024) - Coucou, j'existe ! (Essai)
Audi A3 Sportback restylée (2024) - Coucou, j'existe ! (Essai)
Audi A3 Sportback restylée (2024) - Coucou, j'existe ! (Essai)
Le dessin rectiligne et en relief de la planche de bord demeure original et les écrans perfectionnés mais l'atmosphère générale reste froide malgré un nouvel insert décoratif sous les aérateurs et une ambiance lumineuse revue. 
L'habitabilité est correcte et la banquette bien dessinée.
Avec 380 dm3, le volume de coffre demeure satisfaisant.

En un clin d’œil :
Redesign
Disponibles en diesel ou essence microhybride
150 ch
Prix de départ de 38 080 €
Lors de sa présentation en 1996, l’A3, avec son style élégant, son intérieur raffiné, sa mécanique puissante et ses options de transmission à deux ou quatre roues motrices, a su séduire. Elle a réussi à créer avec brio le segment des compactes haut de gamme, au grand malheur de la BMW
Série 3 E36 compacte
, moins pratique et sophistiquée, et de la première
Mercedes Classe A
, présentée avec un design monospace peu attirant.
Les deux générations qui ont suivi ont réussi à perpétuer le succès de l’A3 face à des concurrentes nationales certes en progression (Série 1 et Classe A berline), mais demeurant un cran en dessous. Malheureusement, malgré une esthétique très élaborée, la quatrième génération de l’A3, lancée en 2020, n’a pas apporté d’amélioration notable, laissant ses rivales lui grappiller peu à peu du terrain. Pire encore : la qualité des finitions semble avoir été revue à la baisse. Par conséquent, ses ventes ont été en dessous des attentes dès la première année.
Cependant, le constructeur est résolu à redonner un nouvel élan à son modèle phare : il a non seulement envisagé une version crossover  »
allstreet
« , mais a également octroyé un relifting à l’A3 Sportback cinq portes et à la berline, avec en prime des équipements et des matériaux revisités. De quoi mettre en lumière ses atouts, dont un accueil de haute qualité et une gamme complète de motorisations essence, diesel et hybrides.
Malheureusement, en dépit d’un relooking de certaines parties, l’intérieur reste disparate, avec des matériaux rembourrés à l’avant et durs à l’arrière. En outre, le dessin linéaire du tableau de bord, bien que très original, crée une atmosphère plutôt austère, surtout par rapport à celles de ses compétitrices. À noter que les écrans de grande taille sont toujours très perfectionnés et relativement faciles à utiliser, particulièrement pour l’instrumentation.
Au-delà de ces points, rien de nouveau : l’espace intérieur et le coffre sont toujours suffisants, et on retrouve une banquette bien moulée aux places arrière. Reste à voir si la conduite est aussi agréable, en version essence comme diesel. Espérons-le, car avec des prix de départ respectifs de 38 080 € et 40 600 €, ou de 43 030 € et 45 550 € pour la version S line (+565 € pour la berline 4 portes), l’investissement est bel et bien conséquent.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aidez-nous à faire avancer votre média
Des questions ou des suggestions...
Retour en haut