Droits de douane : Nio, marque chinoise, lancera sa marque en Europe

Droits de douane : le chinois Nio lancera quand même sa marque accessible en Europe

Nio lance Firefly en Europe : des voitures électriques abordables en perspective

Nio s’apprête à lancer Firefly en Europe, une nouvelle marque qui promet des voitures électriques abordables. Malgré des droits de douane potentiels supplémentaires, William Li, le patron de Nio, reste confiant et ne compte pas changer de stratégie.

William Li maintient sa confiance malgré les défis

L’Union européenne envisage d’imposer des droits de douane supplémentaires sur les voitures électriques chinoises. Cette décision pourrait impacter les constructeurs chinois qui ciblent de plus en plus le marché européen. Nio, déjà implanté dans cinq pays européens (Allemagne, Danemark, Pays-Bas, Norvège et Suède), ne semble pas découragé. Son fondateur, William Li, veut continuer sur sa lancée.

Malgré les incertitudes liées aux droits de douane, Nio projette de lancer Firefly en Europe, offrant ainsi des véhicules électriques abordables. La perspective de nouveaux tarifs douaniers soulève des interrogations sur les prix des modèles chinois, qui pourraient flamber en l’absence d’accord entre Pékin et Bruxelles dans les jours à venir.

Firefly fera ses débuts en Europe en 2025

À l’origine, Qin Lihong, président de Nio, avait annoncé que les modèles Firefly seraient commercialisés entre 100 000 et 200 000 yuans (environ 12 850 à 25 700 euros). Prévu pour le troisième trimestre 2024, le lancement de la marque en Europe a été repoussé au deuxième trimestre 2025 pour permettre une priorité à la Chine.

Voir plus :   Passage au 100 % électrique : Ford envisage de retarder en Europe

William Li affirme que malgré l’éventualité d’une hausse des taxes en Europe, le plan de Firefly reste inchangé. Il pense que la marque saura trouver sa place sur le marché européen, même s’il critique la stratégie européenne actuelle. Il déplore notamment le taux de droits de douane qui s’élève potentiellement à 31 % pour Nio, jugé inapproprié.

Malgré les obstacles, Nio espère aboutir à un accord favorable. Même si les taxes restent élevées, William Li reste convaincu que Firefly restera compétitive sur le marché européen. Nio n’exclut pas une éventuelle production en Europe, tout comme d’autres fabricants chinois comme BYD, optimistes quant à leur stratégie de conquête de l’Europe.

Picture of Anthony Levesque

Anthony Levesque

Je suis Anthony Levesque, co-fondateur et rédacteur chez LeFuté.fr. Depuis des années, je nourris une passion profonde pour la communication et le partage d’informations. Mon parcours a commencé en tant que contributeur freelance, une expérience qui a affûté ma plume et mon esprit critique. Spécialisé dans l'actualité automobile, je m'efforce de fournir des analyses détaillées et des explications claires sur des sujets variés, allant des innovations technologiques aux tendances du marché. En plus de la rédaction, je veille à la révision des contenus pour garantir leur exactitude et leur pertinence. Mon engagement envers la qualité de l’information se reflète dans chaque article que je publie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aidez-nous à faire avancer votre média
Des questions ou des suggestions...
Retour en haut